DECLARATION CGT - AG FRMJC MIDI PYRENEES

L’Education Populaire en a marre d’être malmenée…

 

Certains diront qu’elle est ringarde, d’autres diront qu’elle est nécessaire…
Aux premiers nous répondons que, peut-être, sans le savoir, ils ont cautionné, validé participé à ce mouvement mais qu’ils ne le savent pas. Aux seconds nous disons REVEILLEZ-VOUS !!!!

L’Education Populaire est bien présente et vivante.

Avec le projet de réforme des Collectivités Territoriales, les personnels des MJC sont en danger et avec eux une grande partie des publics qui fréquentent nos structures.

Lieux de proximité, d’accueil, de loisirs pour tous et de mixité sociale, les Maisons des Jeunes et de la Culture à l’instar de leur sœur de la Culture se mobilisent pour défendre leur légitimité et leur empreinte dans un paysage socioculturel galvaudé par nos gouvernants.

Pourquoi aider nos structures ?

Parce qu’elles sont utiles, génératrices d’emplois et de lien social entre des populations qui ont besoin d’activités pour se rencontrer, échanger, se former … oublier leur quotidien.

Les temps sont durs car des MJC sont déjà menacées : Les collègues des MJC des régions de Normandie (Arnage), du Nord Pas de Calais (St André Lez) , Ile de France (Paris La Jonquière), les MJC de Rhône Alpes font passer des pétitions concernant la suppression de leur outil de travail. Toutes ont un bon bilan et ne comprennent pas les décisions des élus.

Plus près de nous, la mairie de Castres a décidé de reprendre la MJC en gestion directe. Pour quels motifs ? Les arguments ne sont pas du tout convaincants pour une MJC qui compte plus de 1000 adhérents et nous laissent perplexes. 3 collègues n’auront plus de poste au 31/12/2010….

Il faut que l’Etat prenne conscience des décisions qui sont les siennes et de la mobilisation de tous les acteurs concernés : bénévoles, salariés, adhérents, usagers, partenaires….

Nous demandons :

  • que les participations financières dans ce secteur, aux collectivités soient revues à la hausse
  • le développement des postes FONJEP (subvention d’aide à l’emploi)
  • la reconnaissance de nos actions par le ministère de la Culture
  • l’abrogation de la taxe sur les salaires pour le monde associatif
  • l’aide à la prise en charge des publics exclus

Nous souhaitons que les collectivités territoriales affichent leurs ambitions concernant les politiques éducatives, qu’elles reconnaissent que les MJC sont des lieux de création, d’expérimentation culturelle et sociale.

Nous attendons de nos Fédérations qu’elles redynamisent le réseau, qu’elles stabilisent les missions et les personnels en rediscutant des missions tripartites (Mairie, Conseils d’Administration locaux, Fédération Régionale).

Rediscuter des salaires n’est pas spécifique à certains secteurs d’emplois, nous le demandons aussi et considérons que l’augmentation de la valeur du point n’a pas suivi le coût de la vie surtout en période de crise.

Fédération de l’Education, de la Recherche et de la Culture. CGT. www.cgt-mjc.fr


A lire également