Notre actualité

Le Bulletin n° 135

Bulletin n° 135 - AVRIL-MAI 2018

Bulletin Spécial 70e anniversaire des MJC

Télécharger le bulletin n°135

Lire le bulletin >

Pour la sauvegarde de la Convention Collective FR/FFMJC de 1972

La FFMJC a décidé de dénoncer la Convention Collective de 1972 !

Pour sa sauvegarde, signez la pétition en ligne !

Appel à tous les militants des MJC et de leurs fédérations
- Salariés, administrateurs, adhérents -

Le Conseil d’administration de la Fédération Française des Maisons des Jeunes et de la Culture a décidé de dénoncer la convention collective FR/FFMJC sans aucune concertation avec les partenaires sociaux.

Celle-ci avait été signée le 12 février 1972 par Paul JARGOT, président de la FFMJC, au nom des FRMJC, et par Claude Dade-Brenjot pour la CGT, cofondatrice de la FFMJC.

Quel est le sens de cette initiative ?
- L’abandon du projet démocratique et cogéré d’Education Populaire des MJC et de leurs fédérations,
- L’abandon de nombreuses obligations sociales, chèrement acquises par la mobilisation collective,
- La casse du métier d’éducateur directeur de MJC
- L’abandon de la grille de salaire unique pour les directeurs de MJC
- L’adhésion à la politique gouvernementale actuelle de casse du droit du travail.

L’objectif n’est même pas économique, mais purement idéologique ! Si ces acquis représentent beaucoup pour chacun de nous, les conséquences économiques pour la FFMJC sont marginales et la FFMJC n’en est pas dupe, puisqu’elle ne prend même pas ce prétexte.

Car cette convention garantit des droits supérieurs à ceux de la convention collective de l’animation. Outre la cogestion et une meilleure représentation syndicale, qu’elle institue, elle garantit des règles de priorité d’embauche aux salariés du réseau, réduit la période d’essai, mais rallonge le préavis de rupture, offre 7 semaines de congés payés, protège les postes des salariés malades, offre des droits inédits aux femmes en congé parental, autorise des absences bien au-delà de la convention de l’animation, garantit une indemnité logement aux directeurs, et une évolution de carrière bien meilleure pour tous.

Si le texte aurait besoin d’être rafraîchi, ce à quoi s’est toujours opposé le CA de la FFMJC, la CGT a toujours revendiqué son extension aux personnels de toutes les MJC !

C’est pourquoi nous refusons la dénonciation de la Convention Collective de 72, parce que tant qu’elle s’applique, elle demeure le socle commun qui lie et rassemble tous les acteurs des MJC.

 
Pour sa sauvegarde, signez la pétition en ligne !

 

Le Bulletin n° 134

Bulletin n° 134 - NOVEMBRE 2017

Urgence à réagir !

Télécharger le bulletin n°134

Lire le bulletin >

Le Bulletin n° 133

Bulletin n° 133 - SEPTEMBRE 2016

Le vote crucial à la FFMJC

Télécharger le bulletin n°133

Lire le bulletin >

LES MJC SONT EN DANGER

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA FEDERATION REGIONALE D'ILE-DE-FRANCE DES MJC

LE 30 MAI 2015 à CHILLY-MAZARIN

Cliquez ici pour télécharger le communiqué.


FORMATION CGT - COMPLEMENTAIRE SANTE

 

FORMATION PROTECTION SOCIALE ET COMPLEMENTAIRE SANTE

 

L'accord national sur la sécurisation de l'emploi prévoit qu'au plus tard, le 1er janvier 2016, l'ensemble des salariés devra bénéficier d'une complémentaire santé. Sauf accord plus favorable, elle sera à minima (inférieure à celle de la CMU complémentaire) et le financement sera partagé par moitié entre le salarié et l'employeur. Cette mesure est un véritable trompe l'œil et elle confirme bien qu'il s'agit pour les pouvoirs publics, le Medef et les syndicats signataires à la solde du patronat, de remettre en cause le principe de solidarité de la sécurité sociale en ouvrant la voie à de nouveaux transferts de charges sur la complémentaire santé.

La faiblesse du niveau de couverture du "panier de soins essentiels" montre que c'est un contrat au rabais: 100% base de remboursement des consultations; forfait optique 100€ par an; 125% pour les prothèses dentaires; forfait journalier hospitalier.

Ce n'est pas une complémentaire pour tous puisque les populations les plus précaires en seront exclues (les retraités, les étudiants, certains ménages). Pour eux l'accès aux soins sera plus difficile avec le désengagement de la sécurité sociale.

Comment cela va t'il se mettre en place dans notre branche? quelles sont les négociations en cours? Comment négocier un accord dans la MJC avec l'employeur? autant de questions que l'UG FERC CGT des MJC se propose d'aborder au cours d'un temps de formation :

LUNDI 15 JUIN 

de 10h à 16h

Complexe CGT -Montreuil 

Ordre du jour :

 

10h à 12h30: - la sécurité sociale en danger.

14h à 16 h : - Les négociations concernant la protection sociale et les mutuelles.

 

Cette journée est ouverte à tous les directeurs et salariés des MJC.

Il suffit de s'inscrire en téléphonant aux numéros suivants: 06.52.28.06.39 / 07.81.78.40.61 (12 juin date limite)

Une invitation sera alors adressée par mail.

 

Jean Pierre LANGUIL,   

Secrétaire Général de l'UG FERC CGT.

COURRIER INSPECTION DU TRAVAIL A LA FFMJC

 

Interpellé par l'UG CGT MJC, l'inspection du travail IDF rappelle le Droit à la Direction de la FFMJC,

ainsi qu'à ses supplétifs syndicaux majoritaires au Comité d'Entreprise !!!

 

 

Bonjour monsieur,

J’ai adressé ce jour un courrier recommandé à la direction de la FFMJC ainsi qu’en lettre simple aux 3 fédérations de syndicats concernés (courrier téléchargeable ci-dessous).

Il m’apparaît que les délibérations du CE visant à interdire l’accès DE SES LOCAUX à certains membres sont illicites.

En effet, tous les membres du Comité d’Entreprise : titulaires, suppléants, représentants syndicaux, militants et dirigeants syndicaux des unions professionnelles, secrétaires fédéraux, militants ou délégués syndicaux d’une entreprise extérieure et employeur ont libre accès aux locaux du Comité d’Entreprise (réponse Ministère du travail n°36025 JO assemblée Nationale du 22/08/1996). Ainsi, il s’agit des locaux du Comité d’Entreprise, et qu’il en soit propriétaire ou non n’a pas d’incidence sur leur usage et sur leur objet social.

 

J’invite donc l’employeur et les syndicats concernés à demander le retrait de ces dispositions ou bien à saisir le TGI en référé si la position persistait.

Je me réserve la possibilité de relever l’entrave à l’encontre de l’employeur et des syndicats majoritaires mais l’expérience prouve que nos PV en la matière sont jugés 2 ou 3 années après nos constats.

Sincères salutations.

 

Bruno COLLOMB

Inspecteur du Travail de la section 18A

DIRECCTE d’Ile de France – UT75

 

Téléchargement du courrier de l'Inspection du Travail:Courrier de l'Inspection du Travail à la FFMJC


A lire également